Collines, buttes et escarpements, dans la Vallée de la Clamor. El Tormillo

Le parcours part de la commune d’El Tormillo et traverse le fond de la vallée de la Clamor, entre collines et buttes de grès. Il monte d’abord sur la colline de l’ermitage San Jorge, d’où observer le paysage de steppe avec ses collines et vallées (ou toyos – des ravins au fond plat et aux versants verticaux). À la descente, le chemin continue en suivant les flèches de « La Torraza » jusqu’au site archéologique de la Torraza (village de repeuplement lors de l’expansion d’Alphonse Ier dit le Batailleur en l’an 1100, abandonné plus tard).

Demande d'infos
Alcaraván común
Buyera
Cigüeña
Grulla común
Jabalí
Type de terrain: Aller et retour
Durée: 2
Distance: 3,5 km
Denivelé accumulé: 20 m
Difficulté physique: Facile
Difficulté technique: Facile

Circuit linéaire aller-retour, d'une longueur totale de 3,5 km et 20 mètres de dénivelé.

La végétation naturelle, dans les bastions épargnés par les défrichements agricoles, se concentre sur les petits talus, les fonds de vallée et les versants escarpés.

La partie basse, la plus altérée, abrite du sparte (Lygeum spartum) qui bénéficie des sols plus profonds, ainsi que de l’armoise herbe blanche (Artemisia herba-alba), là où les pâturages ont été mieux gérés.

Sur les versants, on observe le brachypode rameux (Brachipodium retusum), le genêt épineux (Genista scorpius), l’arroche halime (Atriplex halimus), l’immortelle (Helicrisum stoechas) ou la santoline (Santolina).

Enfin, dans les zones de ravins ou toyos, où l’apport en eau et en sédiments est plus important, apparaissent quelques bastions d’espèces arbustives et forestières comme le chêne des garrigues (Quercus coccifera), l’aubépine noire (Rhamnus lycoides), le genêt blanc (Retama sphaerocarpa), le tamaris (Tamarix gallica), le genévrier de Phénicie (Juniperus thurifera) ou même le chêne vert (Quercus rotundifolia).

Le fond de la vallée, où l’eau du ravin de la Clamor est présente de façon plus permanente, abrite des roseaux et des peupliers (Populus nigra).

Téléchargements
Fiche technique
Carte + Fiche + Road-book
Trace GPS
Informations

La végétation naturelle, dans les bastions épargnés par les défrichements agricoles, se concentre sur les petits talus, les fonds de vallée et les versants escarpés.

La partie basse, la plus altérée, abrite du sparte (Lygeum spartum) qui bénéficie des sols plus profonds, ainsi que de l’armoise herbe blanche (Artemisia herba-alba), là où les pâturages ont été mieux gérés.

Sur les versants, on observe le brachypode rameux (Brachipodium retusum), le genêt épineux (Genista scorpius), l’arroche halime (Atriplex halimus), l’immortelle (Helicrisum stoechas) ou la santoline (Santolina).

Enfin, dans les zones de ravins ou toyos, où l’apport en eau et en sédiments est plus important, apparaissent quelques bastions d’espèces arbustives et forestières comme le chêne des garrigues (Quercus coccifera), l’aubépine noire (Rhamnus lycoides), le genêt blanc (Retama sphaerocarpa), le tamaris (Tamarix gallica), le genévrier de Phénicie (Juniperus thurifera) ou même le chêne vert (Quercus rotundifolia).

Le fond de la vallée, où l’eau du ravin de la Clamor est présente de façon plus permanente, abrite des roseaux et des peupliers (Populus nigra).

Services

Vertientes Travel Center

+ Infos

Aragonea

+ Infos

Guara Norte

+ Infos
Localisation
Abonnez-vous à notre newsletter
Mentions légales | Cookies